Objets abstraits (AbOb)

L'objet historique "Objet abstrait" regroupe les produits non matériels de l'esprit humain qui sont devenus des objets de discours. Par exemple, le télescope en tant que concept, en tant que classe d'objets concrets, est un objet abstrait, alors que tel télescope précis, conservé dans tel musée, est traité en tant qu'objet matériel.

Il découle de ce qui précède que les objets abstraits peuvent être utilisés en tant que classes pour d'autres objets : objets concrets, acteurs collectifs, etc. La finalité de cette opération étant un classement 'objectif' des objets concrets, le regroupement doit se faire dans une optique collective, "objective", tandis qu'un classement thématique lié à une recherche précise s'effectue en utilisant les notes personnelles. Par exemple, l'objet abstrait 'académie des sciences' sera utilisé pour classer (= regrouper) les différentes acteurs collectifs précis : Académie des sciences de Paris, Royal Society, etc.

En plus de cette dimension "générique" (un AbOb = un concept), un objet abstrait peut posséder un caractère individuel, il peut identifier un objet abstrait précis, telle une loi, un système d'identifiants, un logiciel. Ces objets, par leur dimension "abstraite", symbolique, ne peuvent pas être identifiés en tant que acteurs collectifs (CoAc), objets numériques (DiOb) ou objets concrets (MaOb). Ils sont donc des objets abstraits de type "individualisé". Quelques exemples de AbOb de type "individualisé" : les "lois de la nature", principes philosophiques, etc. attribués à un auteur : les lois de Kepler ; les lois civiles en tant que systèmes symboliques : Loi de séparation des Églises et de l'État, Loi relative aux libertés et responsabilités des universités (dite loi L.R.U. ou loi Pécresse).

Liste des objets abstraits

Affichage de 1511 à 1515 sur 1515

Pages